Forum PlanetGong

Le précédent forum PlanetGong avait plutôt bien marché, avant que son hébergeur ne nous ferme la porte. Nouvelle tentative un an après
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  Planetgong.frPlanetgong.fr  Mauvaise Foi RecordsMauvaise Foi Records  

Répondre au sujet
Partagez | 
 

 Peter Hammill & Van der Graaf Generator

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Peter Mermoz Steinhauser
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4304
Age : 61
Localisation : Loin de Paris
Humeur : joviale
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Sam 26 Fév - 11:50

Bien, la discographie a été balayée des débuts jusqu'à 74-75.
Il reste donc, si l'on suit la chronologie comme il convient à des quidams consciencieux, à causer de
Nadir's big chance (pour PH)

et de Still Life (pour VdGG)

N'est-ce pas ?

Parce qu'on en a pas encore causé.

Bien, bien, bien ...

En quelque sorte.

'oila, 'oila, 'oila ....

albino
Revenir en haut Aller en bas
Béroalde De Fuzz
Baron de la bière
avatar

Nombre de messages : 5318
Humeur : DE PROFUNDIS AD TE CLAMAVI
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Lun 28 Fév - 23:55

Sleep silent Rolling Eyes
Mmmm... hein, qui, quoi?

Euuuuuh, ouiche ouiche, m'enfin, faut que ça se mette en route, que le grouve et le karma intimes soient en accordance, enfin patience patience, kwa.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Mar 1 Mar - 1:30

Mad ah non mais non mais ça va pas du tout, ça, monsieur Peter, on ne flanque pas de devoirs supplémentaires au baron avant qu'il nous ait pondu la dixième chro gravats, voire une ou deux de plus, enfin...!
Revenir en haut Aller en bas
Peter Mermoz Steinhauser
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4304
Age : 61
Localisation : Loin de Paris
Humeur : joviale
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Mar 1 Mar - 8:41

ratel a écrit:
Mad ah non mais non mais ça va pas du tout, ça, monsieur Peter, on ne flanque pas de devoirs supplémentaires au baron avant qu'il nous ait pondu la dixième chro gravats, voire une ou deux de plus, enfin...!
Pardon ? J'avais cité quelqu'un ?
Revenir en haut Aller en bas
Peter Mermoz Steinhauser
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4304
Age : 61
Localisation : Loin de Paris
Humeur : joviale
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Mar 1 Mar - 19:31

Alors voila que benoîtement, j'acquiers dans un tabac presse un n° de XRoads qui se trouve là. Il s'avère qu'il s'agit d'un hors-série "98 albums Live". Dedans une chronique de Vital (le live de 1978, donc VdGG3, sans Banton mais avec Graham Smith et the return of the Nic Potter) signée d'un certain dkelvin.


Il chante les louanges de cet album en ces termes (morceaux choisis) : "Rageur, violent, intransigeant, ce sont les quelques termes qui viennent à l'esprit pour décrire cet enregistrement public qui n'a rien à envier à ceux de la scène punk du moment. (...) La basse est énorme, en permanence distorsée (...) le son est d'une lourdeur assez incroyable et sans guère d'équivalent (...) dans l'histoire des albums live (...)
un rock expérimental, puissant et primaire (...). (Peter Hammill) se rapproche assez bien (...) dun autre franc-tireur obsédé par la peur de rouiller, Neil Young qui, dans le même temps faisait en quelque sorte allégeance au punk avec "Hey hey my my (Into the black)" et un album live (Ruts lives) et qui montre une approche assez comparable de la violence en musique, mais avec plus de succès public. "
Tout cela me paraît loin d'être idiot et je le cite d'autant plus volontiers qu'il est rare de lire des trucs intelligents sur VdGG (en dehors de ce forum, naturellement ...).
Après, il ne me semble pas qu'un live soit l'idéal pour aborder ce groupe,loin de là. Même si cela peut être rigolo de se passer très fort un machin comme "Door" à cause du son énorme de la basse fuzz, mais c'est purement anecdotique.
Pour ce groupe, mieux vaut écouter d'abord les meilleurs albums studio, tels que, eh bien, voyons ... Still Life, par exemple !

hum hum hum

Ps Spoiler à éviter pour les âmes sensibles
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Béroalde De Fuzz
Baron de la bière
avatar

Nombre de messages : 5318
Humeur : DE PROFUNDIS AD TE CLAMAVI
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Mar 1 Mar - 21:56

Peter Mermoz Steinhauser a écrit:
Après, il ne me semble pas qu'un live soit l'idéal pour aborder ce groupe,loin de là. Même si cela peut être rigolo de se passer très fort un machin comme "Door" à cause du son énorme de la basse fuzz, mais c'est purement anecdotique.
Pour ce groupe, mieux vaut écouter d'abord les meilleurs albums studio, tels que, eh bien, voyons ... Still Life, par exemple !

Vital est fantastique: même (surtout) avec un son pourri qui l'a fait détester de ses géniteurs, on aboutit à un machin distordu, totalement aberrant et innommable, un bilan du parcours de Vdgg réinterprété en punk-bruit blanc avec violon/violoncelle.
On oscille constamment entre la tentation d'un format pop plus immédiat, et les visions démesurées d'une symphonie de morts-vivants tombés d'outre-espace. Ce son unique, dominé par une basse fuzz pachydermique outrancière, ces instruments à cordes miaulant une wah-wah d'angoisse pure, une guitare qui concasse les tôles de métal noir, le sax agonisant qui peine à se frayer un passage; et Peter Hammill n'a jamais tant rugit comme cet anti-ange ténébreux qu'on démembrerait en direct sur scène, majestueux, narquois, intouchable à l'instant précédant sa chute. C'est l'apocalypse pop, disque qui annule, plus de vingt ans en avance, toutes les dérisoires tentatives post-rock ultérieures.

Certes, pas le disque le plus représentatif... Mais quoi? Vdgg n'est-ce pas ce groupe qui a commencé dans le psyché baroque, pour continuer dans la space-pop (H to He), virer dans le shakespeare-parano'n'roll (Pawn Hearts), le symphonic-space-metal (Godbluff), pour aboutir dans l'afterpunk épuré (Lizard Plays/Quiet Zone)?Alors, de là à chercher du représentatif...
Soit, on est d'accord, ne pas commencer par Vital, sauf pour les intégristes du bruit.

Ouverture par le tube écorché metal-stoner "Ship Of Fool" (vu les applaudissements des premières secondes, on croirait qu'ils jouent devant cinq personnes au plus...):
Revenir en haut Aller en bas
Peter Mermoz Steinhauser
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4304
Age : 61
Localisation : Loin de Paris
Humeur : joviale
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Mar 1 Mar - 22:43

Béroalde De Fuzz a écrit:
les visions démesurées d'une symphonie de morts-vivants tombés d'outre-espace. Ce son unique, dominé par une basse fuzz pachydermique outrancière, ces instruments à cordes miaulant une wah-wah d'angoisse pure, une guitare qui concasse les tôles de métal noir, le sax agonisant qui peine à se frayer un passage; et Peter Hammill n'a jamais tant rugit comme cet anti-ange ténébreux qu'on démembrerait en direct sur scène, majestueux, narquois, intouchable à l'instant précédant sa chute. C'est l'apocalypse pop, disque qui annule, plus de vingt ans en avance, toutes les dérisoires tentatives post-rock ultérieures.

Certes, pas le disque le plus représentatif... Mais quoi? Vdgg n'est-ce pas ce groupe qui a commencé dans le psyché baroque, pour continuer dans la space-pop (H to He), virer dans le shakespeare-parano'n'roll (Pawn Hearts), le symphonic-space-metal (Godbluff), pour aboutir dans l'afterpunk épuré (Lizard Plays/Quiet Zone)?
1/ Tu as évidemment raison.(aze ioujueule)
2/ Je suis vert-bleu, tirant sur le violacé avec des irisations purpurines, de jalousie, quant à la virtuosité de ta prose.
3/ Dommage, ce "t" à un participe passé, ça gâche tout, ah, dommage ..(mesquin, certes, mais qu'est-ce qui me reste, hein ?)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Mar 1 Mar - 23:55

Béroalde De Fuzz a écrit:
les visions démesurées d'une symphonie de morts-vivants tombés d'outre-espace.

un petit smiley zombi, non, vraiment pas...?
Revenir en haut Aller en bas
Peter Mermoz Steinhauser
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4304
Age : 61
Localisation : Loin de Paris
Humeur : joviale
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Mer 2 Mar - 8:34

C'est vrai que " les visions démesurées d'une symphonie de morts-vivants tombés d'outre-espace", ça a de la gueule.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Mermoz Steinhauser
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4304
Age : 61
Localisation : Loin de Paris
Humeur : joviale
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Mer 9 Mar - 21:32

Comme dit le monsieur "This is not what I call a great song but this is sure a rare one. And a strange one." Le seul 45 tours de Rikki Nadir en tous cas.

On peut ici l'entendre : http://dkandroughmix-forgottensongs.blogspot.com/2009/09/rikki-nadir-polaroid-7-1979.html
Revenir en haut Aller en bas
Béroalde De Fuzz
Baron de la bière
avatar

Nombre de messages : 5318
Humeur : DE PROFUNDIS AD TE CLAMAVI
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Mer 9 Mar - 21:41

Rhô la fête! merci M.PMS!
Bizarrement foutue cette chanson, mais de chouettes passages, et un petit son proto-ponque tout simple fort charmant.
...Il eût peut-être mieux valu pour PH continuer sur cette voie afterpunk, plutôt que se laisser aller pendant trois décennies à enregistrer des kilomètres de dégoulinements lyriques sur fond de synthés moches et collages sonores cheapos faits à la maison.Avec leurs beaux moments, certes, mais trop c'est trop.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Mermoz Steinhauser
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4304
Age : 61
Localisation : Loin de Paris
Humeur : joviale
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Mer 9 Mar - 22:05

Moui ... A la réécoute, c'est très en dessous de Nadir. Je ne sais pas si Guy Evans est de la partie mais la batterie sonne comme une vilaine boite à rythmes. Donc, pas un machin impérissable. Mais, évidemment, c'est toujours mieux que les "dégoulinements lyriques sur fond de synthés moches et collages sonores cheapos faits à la maison". Et même s'il y a des beaux moments, on n'a pas très envie d'aller les chercher par là.
A propos du futur nouveau VdGG, les petits extraits que j'en ai pu entendre n'augurent pas grand chose de passionnant, hélas. Every bloody emperor et Nutter Alert seront donc les 2 derniers grands titres de VdGG. Snuirffff... Sad
Revenir en haut Aller en bas
Peter Mermoz Steinhauser
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4304
Age : 61
Localisation : Loin de Paris
Humeur : joviale
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Dim 13 Mar - 12:59

I'm gonna scream, gonna shout, gonna play my guitar

Peter Hammill devient Rikki Nadir, un ado rebelle de 17 ans, en pétard contre l'industrie du disque
Spoiler:
 

Même s'il ne s'agit pas d'un pseudo qui masquerait véritablement son identité (à la façon d'un Ajar/Gary), PH indique dans les notes de pochette que Rikki Nadir est son alter ego juvenile. Une bien innocente petite crise de fausse schizophrénie (I gradually became aware that I was not alone - or at least, not singular.).
Spoiler:
 

On l'a compris, Nadir's big chance est un album proto-punk, complètement en rupture avec la manière (et les manières) antérieure de PH, du rock'n roll rageur et énergique, des chansons à la structure couplet-refrain "classique", album mal compris à son époque, y compris par les gens d'Atem qui le prennent pour une sorte de gag, de parenthèse mineure dans l'oeuvre, parce que pas assez avant-gardiste formellement, alors qu'il s'agit bien évidemment d'un album de première bourre. (L'interview de PH par X. Béal est , à cet égard, éclairante. En gros, Béal lui demande si Nadir est une « joke » et PH répond qu'il n'en est rien, que c'est un album qui compte à ses yeux, etc.)

Guitare électrique avec disto, grosse "hand bass" (pour Banton, il faut préciser.Il est habitué à jouer avec les pieds !), peu d'orgue. La batterie impeccable et les hurlements saxistiques de Jaxon, seuls, évoquent la couleur sonore de VdGG.
En fait, les ambiances sont variées (beery punk songs, the weepy ballads, the soul struts) : les machins punchy (Nadir's big chance, Open your eyes, Nobody's business, Birthday Special) alternent avec des ballades sublimes (Shingle song, Been alone so long) et des ovnis musicaux déjà post-cold-new wave : Pompeii et surtout l'excellent The Institute of Mental Health (Burning).
Donc, un disque parfaitement audible et furieusement recommandable pour tous les Planetgonguiens, une référence incontournable et indispensable à l'honnête homme (indépendamment de son sexe), nullement réservée aux amateurs de déjanteries agsaïques absconses.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Peter Mermoz Steinhauser
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4304
Age : 61
Localisation : Loin de Paris
Humeur : joviale
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Lun 14 Mar - 10:08

Ah, oui, c'est vrai, les zéchantillons ! J'avais oublié les zéchantillons.
Nadir's Big Chance (the proto punk side)
The Institute of mental health (burning) (the proto cold wave side)
Shingle song (the ballade romantique side) avec son départ basse/batterie/sax à 0'47 !!!
Revenir en haut Aller en bas
Peter Mermoz Steinhauser
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4304
Age : 61
Localisation : Loin de Paris
Humeur : joviale
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Dim 20 Mar - 12:08

Van der Graaf Generator - The BBC Sessions (1968-77) est un "album virtuel" qui n'existe que sur le net (aisément trouvable via R*p*dsh*re par exemple). A ne pas confondre avec Maida Vale (The BBC Radio One Sessions).
Spoiler:
 
Eh ben, c'est très bon ! Je trouve le concept sympa : ni un concert, ni un album studio. C'est intéressant d'avoir la spontanéité de la prise directe du live UND la propreté du son en studio. L'impression d'entendre le groupe répéter à la maison.
Alors, bien sur cela n'a pas les attraits du concert - on n'y retrouve pas l'énormité de Vital - mais on en évite aussi les égarements ... PH n'a pas besoin de faire le zouave pour épater la galerie et la musique y gagne.
La Rossa et Still Life par exemple, étonnamment proches des versions de l'album mais un peu moins "parfaits", sont à se percuter le popotin en cadence sur son revêtement de sol préféré, pour peu que l'on soit generatorophile, naturellement. Même les deux titres de World Record me plaisent bien davantage ici que dans l'album . Et, justement, les deux titres qui me paraissent présenter ici le moins d'intérêt sont ceux de Godbluff, non qu'ils soient mauvais loin de là, mais parce qu'ils sonnent quasi identiques aux versions de l'album. En fait, c'est comme si VdGG revisitait tout son répertoire avec la démarche "Live in the studio" de Godbluff.
J'en connais un qui devrait pas passer à côté !
Zéchantillon : le Necromancer de ces BBC Sessions (1968-77) Images sans intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Mermoz Steinhauser
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4304
Age : 61
Localisation : Loin de Paris
Humeur : joviale
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Mar 22 Mar - 19:18

RARETÉ ! Avec une magnifique tunique genre blouse d'hôpital (on voit pas si elle s'ouvre dans le dos affraid) et un splendide bandana emprunté à Davina Twisted Evil (à moins que ce soit à Véronique), P.H. préside aux destinées provisoires du K Group en 1981. On trouve à ses côtés le guitariste John Ellis (ex Vibrators, futur Stranglers) et une section rythmique formée de ... Guy Evans (avec une visière en plexi du meilleur goût également rendeer ) et Nic Potter. Sphinx in the face est un titre de l'album de VdGG de 1977, The pleasure dome/The quiet zone. La video présente un décalage son/image mais tant pis, hein, biscotte ça envoie l'aligot ! La section rythmique de Vital est redoutable et Peter très remonté et en forme, en dépit de son inconséquence vestimentaire. Etonnant ...
Revenir en haut Aller en bas
Peter Mermoz Steinhauser
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4304
Age : 61
Localisation : Loin de Paris
Humeur : joviale
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Mer 30 Mar - 23:46

Aujourd'hui, il est question de The Quiet Zone / The Pleasure Dome :
Spoiler:
 
Après avoir sorti trois disques en deux ans (la trilogie VdGG 2 : Godbluff – Still Life – World Record), VdGG se sépare en 1976. Peter Hammill sort encore un album solo la même année (Over) et le groupe se reforme en 1977 en raccourcissant son nom : exit le Generator et exit l'organiste Banton et le sax Jackson (bien que ce dernier fasse ici de brèves interventions). Van der Graaf tout court retrouve son bassiste originel, Nic Potter, et s'octroie les services d'un violoniste, ex-String Driven Thing, du nom de Graham Smith. Il n'y pas que le nom qui ait raccourci, les chansons aussi ont un format plus conventionnel : pas moins de neuf titres sur cet album (le dernier faisant 1'12!). Disparues les grandes envolées instrumentales, on trouve ici des titres concis, à la façon des albums solo de PH comme Nadir's big chance (The Sphinx in the face, par exemple, est très nadirien).

La paire Guy Evans/Nic Potter se montre particulièrement redoutable, la basse de Potter est parfois énorme (The Last Frame) même si le son est naturellement plus clean que dans le live Vital .

PH retrouve la guitare acoustique, absente de la trilogie VdGG 2, et plus rarement le piano. Le violon de Smith, léger et acrobatique, se promène au dessus de la masse, devenant à l'occasion, quelque peu hystérique (Cat's eye/Yellow fever).

Ce n'est donc pas l'album le plus délirant, ni le plus caractéristique, ni le plus magique de VdGG, mais c'est sans doute le plus accessible à cette partie de l'humanité, aussi étrange que majoritaire, qui ne nourrit pas une dévotion passionnée pour ce groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Mermoz Steinhauser
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4304
Age : 61
Localisation : Loin de Paris
Humeur : joviale
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Mar 5 Avr - 19:57

Spoiler:
 
World Record avec sa pochette moche est le 3e disque de la très productive période 1975-76 de VdGG. Un album qui a beaucoup déçu les amateurs. Il y a pourtant un bon premier titre, When she comes, hélas gâché par un « point Manzarek » de Hugh Banton (un infâme pont hispanisant au synthé). Le morceau donne bien en live pourtant, on en trouve une excellente version dans les BBC Sessions dont auxquelles je causais plus haut.
Il y a aussi 7 minutes à sauver de l'interminable Meurglys III (The songwriter's guild), titre de plus de 20 minutes. C'est ce passage magnifiquement excessif, grotesque dans le sens théâtral du terme, une lente accélération (ah, on prend son temps, hein !) qui se termine qui se termine en un truc effrayant, ampoulé, acrobatiquement absurde (ça s'écoute un peu fort)... que j'ai youtubé pour votre ravissement.
Revenir en haut Aller en bas
Béroalde De Fuzz
Baron de la bière
avatar

Nombre de messages : 5318
Humeur : DE PROFUNDIS AD TE CLAMAVI
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Mar 5 Avr - 20:49

Mine de rien, Peter va boucler ce qui finira bien par être cité comme un topic de référence sur Vdgg: rarement lu quelque chose d'aussi juste et efficace sur la disco du groupe. Monsieur a œuvré pour l'éternité.

Peter Mermoz Steinhauser a écrit:
Aujourd'hui, il est question de The Quiet Zone / The Pleasure Dome :
Le violon de Smith, léger et acrobatique, se promène au dessus de la masse, devenant à l'occasion, quelque peu hystérique (Cat's eye/Yellow fever).

Ce n'est donc pas l'album le plus délirant, ni le plus caractéristique, ni le plus magique de VdGG, mais c'est sans doute le plus accessible à cette partie de l'humanité, aussi étrange que majoritaire, qui ne nourrit pas une dévotion passionnée pour ce groupe.

Aaaah, Quiet Zone/Pleasure Dome... ç'aurait pu être L'ALBUM afterpunk, et à recommander aux Planetgongueurs effrayés par la théâtralité outrancière de PH.
Malheureusement, 5 albums en deux ans, ça fait beaucoup, et celui-ci sent l'inachevé, et c'est drôlement dommage. Parce que cette formation inédite, après la formation sans guitare, cette formation austère violon-voix dont les circonvolutions contrastent avec la rythmique sèche et noueuse (cette basse... drunken ), avec un poil plus de concision, aurait pu servir à merveille d'écrin à la fureur lyrique de PH.
Mais malgré des motifs mélodiques et des riffs toujours aussi marquants (très pop, au fond), qu'est-ce qui leur a pris de ne pas pousser à bout la carte de la sobriété desséchée, et de délayer des trouvaille efficaces sur des titres trop longs: "Sphinx in the face", pourquoi orchestrer une composition en plusieurs mouvements typiques de l'époque shakespearienne du groupe?
"Last Frame", aussi: joué ici sous valium, ne donne sa (dé)mesure (cette basse, quelle claque, nan mais cette claque!...) que dans l'apocalyptique version live de l'apocalyptique Vital.

Alors il reste... il reste ce fantastique "Cat's Eye/Yellow Fever", et la tension incroyablement excitante du violon, la synthèse impeccable des rugissements hammilliens et de la frappe rythmique. LE tube Van Der Graaf afterpunk était là, visionnaire. LE single tueur. Avec ce medley final surprenant où tournoient les cordes au ralentis dans un fade contemplatif et âprement blessé.


Dernière édition par Béroalde De Fuzz le Dim 10 Avr - 23:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Peter Mermoz Steinhauser
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4304
Age : 61
Localisation : Loin de Paris
Humeur : joviale
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Dim 10 Avr - 18:59

On a un peu tergiversé, M'sieur l'baron et moi-même, pour savoir qui allait pondre celle-ci et, comme je suis faible, j'ai plié. C'est que this aint no gnognotte ! Il faut d'abord aiguiser l'épithète, fourbir le superlatif, lubrifier la métaphore à l'huile filante et polir la dithyrambe au papier de verre à grain fin. La pochette représente une figure de Lichtenberg, image produite par une décharge électrostatique, laquelle peut être fabriquée par un appareil tel que le générateur de Van de Graaff.
Spoiler:
 
Après ce monolithe incandescent qu'est Godbluff, VdGG sort un autre joyau. Ce Still Life est plus divers et plus subtil que le précédent et il contient quelques uns des meilleurs titres du groupe. Le pathos transpire de chaque sillon et souvent la boursouflure menace (surtout sur la 2e face) mais, chez VdGG, l'énergie, le lyrisme et la puissance transcendent toujours l'emphase. drunken
Mais la musique de VdGG, contrairement à beaucoup de textes de PH, n'est ni sombre ni sinistre : Pilgrims, avec son refrain euphorisant en est un bel exemple. Un truc à vous faire danser le Sirtaki en chantant à tue-tête pendant que vous passez l'aspirateur, que personne n'entend plus, du coup. Les saxes de Jackson rutilent et claquent en reprenant le thème pendant que les pieds de Banton galopent sur le pédalier. Extrait : le refrain.

Still Life commence avec le chant de PH, seulement soutenu par quelques nappes d'orgue. La voix de PH est assez rare, incroyablement expressive, capable de monter dans l'aigu, de tenir la note, de moduler l'intensité. Je reste bêtement coi sur ce titre. Lesbrasmentombent. Juste capable de vous mettre l'échantillon. Les paroles respirent la joie de vivre et l'optimisme naïf :
Living, if you claim that all that entails is
breathing, eating, defecating, screwing, drinking,
spewing, sleeping, sinking ever down and down
and ultimately passing away time
which no longer has any meaning.


Une voix capable aussi de produire des rugissements insensés, comme dans ce passage ou le groupe s'arrête, laissant PH seul sur ce « silence, frightened, but ... »
Extrait de Childlike faith in childhood's end
Though the towers of the city are denied to we men of clay
still we know we shall scale the heights some day.
Frightened in the silence, frightened, but thinking very hard,
let us make computations of the stars.


Et puis il y a La Rossa, chanson d'amour et de regret, celui d'avoir été trop bavard au lieu de penser à conclure, d'après ce que j'en comprend, mais c'est surement une analyse trop prosaïque.
Like the monkey I dance to a strange tune,
when all of these years I've longed to lie with you,
but have bogged myself down in the web of talk,
quack philosophy and sophistry.
At physicality I've always baulked,
like the man in the chair who believes it's beyond him to walk.

Anyway, c'est un volcan romantique, un débordement de lyrisme effusif et hurlant comme le métal du même nom. Un machin d'ado tourmenté ? Sans doute. So what ? A écouter bien fort en tous cas.
Je signale également, pour ceux qui me prendraient, pas complètement à tort, pour un vieux radoteur régressif, que Still Life est le 1er album de la liste des 25 only de M'sieur le Baron soi-même dont la haute tenue morale, rock'n rollement parlant, ne saurait être mise en doute. Et toc.
Tiens, d'ailleurs, les petits nouveaux qui n'auraient pas vu ce topic pourraient peut-être s'amuser à l'abonder.http://forum.planetgong.fr/t846p60-25-only25-albums-seulement
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Dim 10 Avr - 22:04

Manoeuvre l'autre jour il disait que une fois par an depuis 20 ans et plus ils recevaient une lettre de lecteur leur disant que Van der Graaf Generator était le seul vrai groupe à faire avancer le rock et les maudissant parce qu'ils n'en parlent pas (assez). C'est toi qui l'envoie, cette lettre annuelle, m'sieur Peter tongue ?
Merci en tous cas parce que grâce à toi j'ai pu faire le même sourire faux-derche que le quart de l'assistance au lieu de prendre l'air hébété du reste... What a Face
C'est de la taquinerie, hein, VdGG est éminemment intéressant, même si j'ai un peu de mal à suivre, comme tout les autres topics du forum
Revenir en haut Aller en bas
Béroalde De Fuzz
Baron de la bière
avatar

Nombre de messages : 5318
Humeur : DE PROFUNDIS AD TE CLAMAVI
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Dim 10 Avr - 22:28

Peter Mermoz Steinhauser a écrit:
Je signale également, pour ceux qui me prendraient, pas complètement à tort, pour un vieux radoteur régressif, que Still Life est le 1er album de la liste des 25 only de M'sieur le Baron soi-même
Comment ça?
Devant les Stones, devant les Defectors, devant les Sonics, devant les Cramps, et même Kim Fowley, et mêmes les belles Suzi et Joan?
Eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeh ouais. On ne renie rien. Mon disque préféré est un album de prog.
Je viens de remettre Still Life sur la platine, chaque note, connue par cœur depuis plus de quinze ans, fait tressaillir toute la chair et toute l'âme comme à la première écoute. C'est peut-être un truc d'ado attardé, mais quand on l'a rencontré au bon moment, ce disque est inoubliable.
Revenir en haut Aller en bas
Béroalde De Fuzz
Baron de la bière
avatar

Nombre de messages : 5318
Humeur : DE PROFUNDIS AD TE CLAMAVI
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Dim 10 Avr - 23:26

Pour le reste, ben d'accord avec tout ce qu'écrit M. PMS. Still Life est l'album métaphysique et définitif de Vdgg, l'autre sommet de leur carrière, le pendant nécessaire au Vdgg Mark 1 de Pawn Hearts, moins fou en apparence, plus dompté, mais encore plus écorché et convulsif en profondeur.

Le travail collectif du son laisse pantois: alors que Godbluff pouvait rebuter éventuellement par son aspect de monolithe rêche et brut, ici chaque instrument se fond dans un ensemble cohérent, mouvant, éruptif, ophidien. La prod', précise, nette, lumineusement ténébreuse, étincelle comme un cristal noir, et le groupe, cohérent comme jamais, avance d'une seule coulée incandescente, souple et changeante, comme une masse sonore indivise d'écrasement, irrésistible. Le sax rugit, l'orgue coruscant déroule un tapis royal au service de la voix plus que jamais funambulique, extrème, déchirée de PH, soutenue par les motifs rythmiques implacables et variés de Guy Evans. Tout rutile, éclate, flamboie, prismatiquement. Aucun équivalent n'a jamais été gravé nulle part.

"Pilgrims", l'hymne définitif, conte la marche, la vetu théologale d'espérance, la quête de l'horizon toujours entrevu, toujours évanoui. Explosion de joie, extatisme suspendu, doute et splendeur.

L'intro de "Still Life" reste le modèle du théâtre shakespearien démantibulé que seule pouvait instaurer la voix hantée de P. Hammill. Angoisse post-punk, science-fiction désertique, désenchantement. Le chanteur convulsif module ses notes les plus extrêmes, démolit l'âme, anéantit, terrasse. A chaque instant, on croit qu'il va se briser, étouffer, se rompre, et à chaque instant, plus angélique/plus ténébreux, il monte davantage, pour virevolter parmi les anges déchus et les défunts reflets séraphiques, avant de retomber sur la terre brute. Qui a jamais fait entendre ça? Le bridge heavy metal heideggerien ravage par sa lourdeur, sa violence noire et sans répit (les sax de Peter Jackson foutraient la mégahonte à Slayer), puis s'épuise dans des rugissements dantesques avant de s'évanouir dans la nudité et la vanité de tout. Inoubliables dernières notes, piano solitaire dans l'espace éternel et infini,silence dérisoire, effroi - effondrement et déchirure de rideaux.
"Us Forever,
Us Forever,
In
Still
Life."


Narquois, menaçant, d'une puissance inégalable, "La Rossa" fait jaillir une éruption incontrôlée de riffs évocateurs de pythonisses écarlates, de déchiquètements d'amazones ou possessions sibyllines. Sur l'autel flamboyant des rites antiques, Vdgg semble incarner la voix des prophètes bibliques et tendre une guitare de feu à Ézéchiel en personne. Transe pour une torture de surpassement: Peter Hammill tient une note sur plus de quinze secondes. On reste sonné par l'emballement final, la scansion cahotique d'une masse sonore digne d'apocalypse, locomotive-démon infernale en partance pour l'outre-espace sans retour.

Après un tel traumatisme, il fallait les demi-tons de "My Room (Waiting For Wonderland)". Merveilleuse balade aux tremblotants reflets de trompeuse douceur. Peut-être un modèle de pureté, un sommet; parenthèse anxieuse et tourment délicieux pour évoquer les affres de la déréliction et de la solitude inouïe. Chaque note, dépouillement intouchable, est nécessaire.

Certes, "Childlike Faith In Childhood End" serait le titre le plus contestable, dans sa lourdeur, dans sa démesure prog-métal et métaphysique, ses citations quasi-littérales de Shakespeare et ses prétentions à boucler les révélations existentialistes les plus brûlantes pour mettre un point final à l'interrogation ancestrale: "Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien?" Mais enfin, quelques visions anamorphosées aux dimensions druillesques, servies par une batterie de riffs imparables, des cuivres à l'agonie, et les imprécations déployées d'un PH survolté et faramineux, méritent bien un peu de complaisance de notre part. Naïveté, certes, mais aussi plusieurs moments de grâce ("Adrift..." à 5:10), de recueillement, de transport.

Inclassable - hapax/Majesté et splendeur: Still Life.
Revenir en haut Aller en bas
Peter Mermoz Steinhauser
Phenomenal Cat
Phenomenal Cat
avatar

Nombre de messages : 4304
Age : 61
Localisation : Loin de Paris
Humeur : joviale
Date d'inscription : 19/10/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Ven 15 Avr - 12:22

C'est peu dire qu'une fois encore, M. le Baron, prince de la métaphore, archiduc de l'épithète, se montre à la hauteur avec une superbe sans égale. Je tire très bas mon chapeau.
Et je glisse une vidéo d'un morceau de Godbluff en live à Charleroi. Une bonne image du groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Urizen
Powerman
Powerman
avatar

Nombre de messages : 4109
Localisation : Bretagne
Humeur : Happy When It Rains
Date d'inscription : 07/08/2009

MessageSujet: Re: Peter Hammill & Van der Graaf Generator   Ven 15 Avr - 12:54

5 pages. A deux (ou presque). Quelle abnégation. Mais oui oui, promis, un jour j'essaierai de m'y mettre!!
Revenir en haut Aller en bas
 
Peter Hammill & Van der Graaf Generator
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Peter Hammill & Van der Graaf Generator
» Van Der Graaf Generator - Peter Hammill
» Peter Hammill
» Van der Graaf Generator
» Van Der Graaf Generator

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Forum PlanetGong :: Dialogues Rock'n'roll :: Parlons musique...-
Répondre au sujetSauter vers: